Humanida

Sanzavi soupira devant la pile de dossiers qui semblait ne jamais désemplir. Un coup d’œil à sa montre indiquait qu’il devait encore à la communauté bien deux heures de loyaux services, plus communément appelés “travail”. Lui qui avait présidé les plus hauts conseils au ministère de l’Obédience des Ministres Emphatiques se trouvait relégué, après une affaire aussi louche qu’un humain atteint de strabisme, au sous-sol du ministère des Imbéciles Heureux, préposé aux Archives des Traditions en Transition Transitoire, qu’il lui incombait d’approuver ou non, armé de son tampon à l’encre rouge Continuer de lire Humanida

Le gardien des ombres (Agenda ironique novembre)

Bonsoir, voici mon dernier texte pour participer à l’agenda ironique de novembre et continuer d’écrire pour le Nanowrimo ! Pour une fois que je suis dans les temps, je vous le poste tout de suite ! Pour ce mois-ci, dans ce challenge hébergé chez Les carnets paresseux, il fallait parler d’ombre, y ajouter de l’ironie, quelques dates, se laisser porter et placer pourquoi pas cette … Continuer de lire Le gardien des ombres (Agenda ironique novembre)

Apprentie en herbe, Nanowrimo 2022

Avec ce temps qui ne ressemble aucunement à une saison automnale, à l’avant-veille du mois de novembre, un mois que personnellement il me tarde de finir avant d’avoir commencé, je me relance le défi du Nanowrimo (un peu bourrique la fille) ! J’en parle chaque année (déjà ici) depuis que je tiens ce blog (depuis 2019 déjà ! Mon dieu, cela ne nous rajeunit guère) … Continuer de lire Apprentie en herbe, Nanowrimo 2022

Mauvais esprits 2

Laurie se mit à rire, essayant de masquer sa propre panique. Habituée à effrayer ses amies, elle remercia son costume de morte-vivante qui camouflait les violents battements de son cœur. Laurie sentit que son rire n’avait pas suffi à rassurer ses amies. Elle se leva d’un pas qu’elle voulait décidé et prit, en guise d’arme, la bouteille de Champomy qui se trouvait sur la table. C’était absurde, en plus elle était vide. Une bouteille sur le crâne, même sans alcool, ça devait faire mal à la tête, non ? se surprit à penser Laurie avant de jeter un dernier regard sur ses amies terrorisées. Continuer de lire Mauvais esprits 2

Histoires d’animots

Quelle mémoire de poisson rouge, maugréa-t-elle en se regardant dans le rétroviseur, ça ne lui revenait pas… L’âge, sans doute. Dire qu’avant, elle était capable de réciter toute l’encyclopédie à l’envers. On l’avait appelée Dumbo pendant toutes ses années de primaire… Pour sa mémoire d’éléphant… à moins que ce ne soit pour ses oreilles, qui étaient bien décollées à cette époque-là… Continuer de lire Histoires d’animots

Bribes d’un chat de gouttière (Agenda ironique septembre)

Chat de gouttière, celles-ci n’avaient plus aucun secret pour moi, ni les égouts, ni les rats — O’siris, quand je repense à leur gros corps poilu qui fait couic quand on les croque… En ce temps-là, déjà adepte d’une certaine sobriété quelque peu forcée, j’avais pris pour habitude de fouiller les poubelles laissées par les habitants du quartier. Ne me jugez pas, la « cueillette » dans les détritus se portait parfois bien mieux que la chasse aux individus : les humains ont une curieuse façon de gaspiller ! Continuer de lire Bribes d’un chat de gouttière (Agenda ironique septembre)

Agenda ironique d’août 2022 (oups septembre)

Jeffrey Junior s’interrompit, eut l’air de vouloir reprendre sa respiration, observa la foule qui l’écoutait : une grand-mère et une adolescente aux yeux bien ronds qui le fixaient d’un air qui disait clairement « je ne partirai pas sans ma réponse ».
— Laisse tomber kiddo, tu comprendras quand tu seras plus grande.
Continuer de lire Agenda ironique d’août 2022 (oups septembre)

Miroir aux alouettes

Il était une fois, une planète couverte d’étranges bois, futaies et frondaisons. S’y trouvaient, parmi tant d’autres, des forêts de tire-bouchons, des bosquets d’aiguilles à tricoter, des taillis de bigoudis et des haies de cure-dents. Les habitants, les peur-de-manquer-d’un-rien avaient planté et planqué des réserves affolantes de tout ce qui leur servait au quotidien. Continuer de lire Miroir aux alouettes

La chute de sa Majesté (des mouches)

Brundle, le patriarche de la famille, un enculeur de mouches de père en fils – depuis 2002 -, avait ri avec bonhomie de la facétie, en donnant un coup de tapette sur l’épaule de sa femme qui elle, n’avait pas bougé d’une aile. Depuis qu’on lui avait dit qu’elle ne retrouverait plus son poids mouche, elle la faisait plutôt fine, la mouche. Le fils, lui, avait à peine hoché la tête ; peu habitué à changer d’environnement, et donc blasé devant tout changement, il passait ses journées à se moucher, ayant contracté un méchant rhume des villes sur le bateau-mouche. Continuer de lire La chute de sa Majesté (des mouches)

Le chant des coquecigrues (Agenda ironique mai 2022)

Igor Björgen avait toujours vécu dans sa ville natale.
Natalement, il venait d’une petite bourgade reculée du nord de l’Islande.

L’Islande, ce pays rêvé par les touristes en mal d’exotisme et en soif d’aventures.
Des aventures qu’ils acceptaient de vivre une semaine, voire, dans l’exception, tout un mois.
Moi, ça fait rire, pensait Igor.
Continuer de lire Le chant des coquecigrues (Agenda ironique mai 2022)

Ras le sol !

— Non mais oh dites donc, pour qui vous prenez-vous pour vous parquer ainsi sur mon territoire ? s’insurge Dame Moquette.
— Comment ça, sur votre territoire ? s’exclame Père Parquet.
— Exactement ! Mon territoire ! De l’évier de la cuisine au bidet de la baignoire !
— Votre cher propriétaire ne vous a rien dit ? La moquette, c’est has been depuis belle lurette !

Continuer de lire Ras le sol !