L’os de Noël

Aussi, lorsqu’un soir où il sortait sa poubelle, en grommelant, parce qu’il avait failli oublier que le lendemain, c’était le jour de ramassage, et qu’il était déjà en chaussons et en pyjama, et qu’il avait dû enfiler son manteau parce qu’on se les gelait en ce 23 décembre, il ne remarqua pas tout de suite le bruit étouffé qui s’échappa du conteneur à déchets, tout occupé qu’il était à grogner contre le froid et ce système de poubelle qui vous commandait quand vous deviez déposer vos ordures. Alors qu’il prenait une respiration entre deux bougonnements pour soulever sa poubelle et la jeter à l’intérieur, il entendit des petits bruits qui semblaient provenir… du conteneur.  

“Qu’est-ce que c’est que ce bazar encore ?!” Continuer de lire L’os de Noël

Apprentie en herbe, Nanowrimo 2022

Avec ce temps qui ne ressemble aucunement à une saison automnale, à l’avant-veille du mois de novembre, un mois que personnellement il me tarde de finir avant d’avoir commencé, je me relance le défi du Nanowrimo (un peu bourrique la fille) ! J’en parle chaque année (déjà ici) depuis que je tiens ce blog (depuis 2019 déjà ! Mon dieu, cela ne nous rajeunit guère) … Continuer de lire Apprentie en herbe, Nanowrimo 2022

Histoires d’animots

Quelle mémoire de poisson rouge, maugréa-t-elle en se regardant dans le rétroviseur, ça ne lui revenait pas… L’âge, sans doute. Dire qu’avant, elle était capable de réciter toute l’encyclopédie à l’envers. On l’avait appelée Dumbo pendant toutes ses années de primaire… Pour sa mémoire d’éléphant… à moins que ce ne soit pour ses oreilles, qui étaient bien décollées à cette époque-là… Continuer de lire Histoires d’animots

Bribes d’un chat de gouttière (Agenda ironique septembre)

Chat de gouttière, celles-ci n’avaient plus aucun secret pour moi, ni les égouts, ni les rats — O’siris, quand je repense à leur gros corps poilu qui fait couic quand on les croque… En ce temps-là, déjà adepte d’une certaine sobriété quelque peu forcée, j’avais pris pour habitude de fouiller les poubelles laissées par les habitants du quartier. Ne me jugez pas, la « cueillette » dans les détritus se portait parfois bien mieux que la chasse aux individus : les humains ont une curieuse façon de gaspiller ! Continuer de lire Bribes d’un chat de gouttière (Agenda ironique septembre)

Agenda ironique d’août 2022 (oups septembre)

Jeffrey Junior s’interrompit, eut l’air de vouloir reprendre sa respiration, observa la foule qui l’écoutait : une grand-mère et une adolescente aux yeux bien ronds qui le fixaient d’un air qui disait clairement « je ne partirai pas sans ma réponse ».
— Laisse tomber kiddo, tu comprendras quand tu seras plus grande.
Continuer de lire Agenda ironique d’août 2022 (oups septembre)

Miroir aux alouettes

Il était une fois, une planète couverte d’étranges bois, futaies et frondaisons. S’y trouvaient, parmi tant d’autres, des forêts de tire-bouchons, des bosquets d’aiguilles à tricoter, des taillis de bigoudis et des haies de cure-dents. Les habitants, les peur-de-manquer-d’un-rien avaient planté et planqué des réserves affolantes de tout ce qui leur servait au quotidien. Continuer de lire Miroir aux alouettes

Jugera bien qui jugera le dernier

Quand on venait pour se faire ausculter, un beau tailleur il vous sculptait. Quand on venait se faire diagnostiquer, votre bon sens il astiquait. Quand on voulait un simple papier, un mauvais quart d’heure vous passiez. Les assurances maladie l’adoraient, l’adulaient, devant lui ondulaient.
Car quiconque allait au cabinet du docteur Poinbarre finissait à poils, sans un sou dans le falzar ! Continuer de lire Jugera bien qui jugera le dernier

Bataille royale

Bonsoir bonsoir ! Enfin un peu le temps de gratouiller et griffonner sur mon carnet en ce début d’année déjà chargé. J’espère que les fêtes ont été douces et joyeuses malgré… malgré tout ! Dans ma liste de résolutions qui ne tiendront pas plus de deux semaines comme celle de faire plus de promo pour mes livres, j’ai décidé d’accorder toute sa place à ce … Continuer de lire Bataille royale

Apprentie en herbe #13, ou l’art de s’auto-éditer

Step 1 : Finir le livre. Ok, évident, on passe au step 2.
Step 2 : Croire en sa bonne étoile, sélectionner les maisons d’édition qui publient des nouvelles (dans mon cas pour Breaking News) et envoyer le tout avec une lettre d’accompagnement drôle et subtile à la fois (selon les critères totalement objectifs dudit auteur)
uler par les maisons d’édition, dans des mails admiratifs et laconiques (personnalisés, jusqu’au moindre détail, à savoir avec votre nom et prénom Continuer de lire Apprentie en herbe #13, ou l’art de s’auto-éditer

Après l’hibernation, le printemps !

Regardez ceux-là comme ils sont gros, comme ils sont velus, comme ils sont poilus ! Et
ces têtes d’ahuris ! Hi hi ! C’est-y pas rigolo comment ils marchent ! Cette nonchalance,
cette presque arrogance ! Les voilà qu’ils se pressent contre la grille ces grands gorilles !
Ils veulent nous enlacer ! Pouah la poisse ! Leurs poils doivent bien piquer, et ça doit
être la saison où ils les perdent ! Matez-moi celui-ci, il en a plus du tout !! Continuer de lire Après l’hibernation, le printemps !

Apprentie en herbe # 11, ou quand l’herbe pousse un peu.

Voilà ce qu’on appelle la maîtrise du teaser et du titre, n’est-ce pas ? Cela fait bien longtemps que je n’avais pas écrit d‘Apprentie en herbe, mais comme c’est bientôt Noël et qu’après, on commence une nouvelle année et-on-fout-2020-dans-une-magnifique-poubelle, on-ferme-le-nœud-à-triple-tour-et-on-la-jette-loin-très-loin-dans-le-conteneur-adapté-bien-sûr-celui-qui-va-désintégrer-tous-les-trucs-bien-pourris-de-2020-et-qui-va-les-transformer-en-plancton-pour-étoiles-et-qui-va-s’envoler-dans-une-autre-galaxie-à-des-milliards-d’années-lumières-de-nous-autres, ben je me lance enfin pour vous parler de ce qu’il se passe de mon côté niveau écriture. (Parce que niveau école, tout le monde s’en fiche comme d’une guigne ici-bas, – déjà, c’est pas sympa pour la guigne – ben oui ma vieille, fallait ouvrir un blog de maicresse d’abord. ON VEUT DE LA LECTURE BORDEL !) Oui, c’est exactement ce qu’il se passe dans ma tête à l’instant où je vous écris. Bref, revenons à nos planctons.

Continuer de lire « Apprentie en herbe # 11, ou quand l’herbe pousse un peu. »