Jeux Olympiens (naissance d’un mythe)

Bonjour bonjour ! L’été continue avec aujourd’hui un nouveau texte, inspiré de certains événements récents, que je te laisse deviner ! Comme le texte est plus long qu’à l’accoutumée, disons plus long que depuis quelques semaines, je vais aller très vite dans mon introduction ! En résumé, si t’aimes la mythologie, et un peu moins les mythos, l’amour et l’humour, ce texte est pour toi ! Pour le reste, un Apprentie en herbe à venir la semaine prochaine autour de l’autoédition pour mieux expliquer la sortie de mon recueil ! Belle lecture et n’hésite pas à faire ton Hermès et me laisser un petit message 😉 !

Au mont de l’Olympe se tenait tous les ans un grand banquet que les Dieux, par goût des mondanités ou par ennui, avaient décidé d’instaurer, en invitant à la tablée légendaire les Dieux les plus célestes (et les plus funestes). C’est ainsi que pendant ces Olympiades, il n’était pas étonnant d’y croiser Asclépios, Dieu de la médecine, en pleine discussion avec Hermès, Dieu du commerce, d’y voir Artémis, Déesse de la chasse, discutailler avec Pan, Dieu de la nature, d’y observer s’encanailler Géras, Dieu de la vieillesse, avec Hébé, Déesse de la jeunesse ou encore d’y remarquer Demeter,  Déesse de la moisson, s’enjailler avec Dionysos, Dieu de la boisson.

Alors qu’Hypnos, déesse du sommeil, s’endormait à table et qu’Apollon, Dieu du chant, entonnait un énième refrain à la gloire d’Aliagas, Dieu de l’animation et des nuits, Dolos, Dieu de la duperie, décida de jouer un petit tour à Philotès, Dieu de l’amour « charnel » (pour ne pas dire autre chose) qui se faisait mousser (il avait cinq verres d’Olympios dans le cornet), avec la liste de toutes et tous les partenaires qu’il avait satisfaits et ce, en une seule année. Dolos, en couple depuis tant d’années avec sa bien-aimée Apaté, en avait soupé de toutes ses vantardises qui lui laissaient, sans qu’il en ait jamais pu trouver la raison, un goût salé en bouche. Il approcha Momos qui semblait froidement bassiné par sa discussion avec Athéna, Déesse de la raison. Ne l’avait-on point convié à une fête !? songeait celui-ci.

Le fourre-tout littéraire