Eveil des sans

Bonjour bonjour ! Après m’être offert une petite escapade dans mes souvenirs de voyage, je reviens déjà sur ce blog avec un nouveau texte ! Il faut dire que je profite de mes derniers jours de vacances (quoi déjà ?!) et du tempo exigé par le Nanowrimo pour être plus productive. Pour être honnête, je ne suis pas du tout dans les clous du 2,5 pages par jour ! Pour ma défense, il y a eu du beau passage et de la belle surprise cette dernière semaine, et tout autant d’excuses pour ne pas écrire à foison… (Eh oui, ma vieille, c’est pas comme ça que tu vas gagner le prix Renault d’Eau ou Con Goure…). (D’ailleurs, mon recueil continue son chemin, si tu veux en faire partie et te procurer un exemplaire, c’est ici)Un proverbe arabe dit que « Qui veut faire quelque chose trouve un moyen, qui ne veut rien faire trouve une excuse.  » Bon, alors je me tais et te laisse découvrir mon dernier petit plaisir écriture en date ! Bonne lecture et n’hésite pas à me confier tes impressions…

Le café était bondé, comme à son habitude à cette heure-ci, heure du brunch, sans Monster Munch ni punch. Sophie Stickey  y retrouvait son amie de toujours, Tara Biscotey. La première était déjà installée, devant un thé amer, les yeux sur le bitume, sans autre pensée que celle de revoir Tara qui lui avait fait comprendre, à sa manière bien à elle, sans ambages et sans passer par quatre chemins qu’elle avait une nouvelle à lui conter. Enfin, la dernière fit son entrée et se dirigea vers la table sans attendre d’y être invitée par le serveur. Les bises claquèrent sans bruit dans les airs, sans que joue ne se touche, danse sensuelle d’une ère où les bonjours se lancent à la volée.

— Comment allez-vous très chère, cela fait si longtemps ! Que se passe-t-il donc pour que nous soyons si peu auprès l’une de l’autre ? s’exclama Sophie, entrant sans tarder, dans le vif du sujet.

— Comme vous y allez mon amie ! répliqua Tara, sans s’offusquer réellement. Sans rigolbocher, c’est vrai que j’ai été… très occupée.

Le fourre-tout littéraire

Apprentie en herbe #5, ou inspiration, expiration

Bon, le mois d’octobre vient de se terminer et avec lui, mon devoir d’agenda ironique (Le meilleur tapissier )! Il est l’heure de m’attaquer à un autre challenge, parce que novembre est un mois que j’ai décidé de rayer de mon calendrier (j’espère que c’est l’anniversaire de personne), et que pour passer plus rapidement à décembre, mois de l’overdose de couleur rouge, de chocolats et de cadeaux, je vais tenter le Nanowrimo ! Alors, le Nano, quesako ? Eh ben, c’est le National Novel Writing Month ! Merci, ça aide vachement, Sabrina. Bon, ok. C’est un événement mondialo-planétaire qui réunit des milliers d‘écriveurs (et d’écrivains) autour d’un même challenge personnel : réussir à boucler en 30 jours pas moins de 50 000 mots ! Soit à peu près pour les matheux, 1600 mots par jour ou 3200 un jour sur deux, et ainsi de suite, faites les calculs, moi à part pour les recettes de gâteaux ratés, j’en fais plus trop. En bref, c’est peut-être plus facile d’instaurer une routine de tous les jours, que d’essayer de caler 8h d’écriture dans une journée de 24h quand on doit dormir, travailler et donner des croquettes au chat (optionnel). Vous l’aurez donc compris, c’est un hymne à l’écriture, au partage et à la rencontre ! Bientôt, elle va se transformer en scout celle-là. Pour vous inscrire et rentrer dans le cercle, c’est sur NanoWriMo. C’est en anglais, mais on peut aussi trouver la version française, et puis, sur le site, c’est simplement pour faire le bilan des mots, pour atteindre le projet donné au départ (je crois bien, c’est mon premier, je vous rappelle).

Apprentie en herbe