Une déclaration

De retour avec un nouveau texte de participation au Zodiac Writing Challenge dont je vous ai parlé dernièrement ! (https://entreleslignes.blog/2019/08/07/lannee-prochaine-filou/) parce qu’il faut que je rattrape mon retard ! Pour février, les thématiques proposées étaient : je l’aimais / la pluie / une déclaration / le 29 tous les 4 ans / le livre ancien. Je vous laisse deviner lequel j’ai choisi, grâce à des indices subliminaux scrupuleusement choisis. Trêve de plaisanterie, je vous laisse avec cette lecture légère mais pas que, pour garder cet esprit des vacances. N’hésitez pas à me déclarer… ce que vous en avez pensé !

“Tu me fais jamais de déclaration !” qu’elle lui avait dit. 

Il avait pris cette accusation, et la porte qui avait claqué derrière,  littéralement en pleine face, au beau milieu du brunch. 

Il avait bien cru encore à une blague, dont elle seule avait le secret, c’était une théâtrale, doublée d’une astrologue patentée. On devait être encore sous l’influence de Mercure. Ca passerait… Les planètes s’alignaient toujours. Au bout de quelques heures d’indifférence, ayant entièrement fait confiance au cosmos pour mettre fin à ce chaos, il s’était douté qu’au lieu de plans sur la comète, il s’était pris une véritable astéroïde sur la tête. 

Lire la suite de « Une déclaration »

Meurtrissures

La nuit vient de tomber, tu ne devrais pas tarder. Je connais ce regard, je vais encore y passer.

Je dois me taire, me laisser faire, même quand on me saute. Tu me tournes et me retournes à l’envi. Alors, je dis rien et je poireaute. Mes cris ne s’entendent pas, que l’on s’acharne sur moi, ou que l’on m’arrache à bout de bras. Et il faudrait que je me contienne !

Moi, j’ai toujours voulu rester vierge, je tiens à ma dignité, et ce jusqu’au jugement dernier. Mais il y a des choses que je ne contrôle pas. On me gratouille, on me chatouille, on me trifouille. Je hurle sous la douleur, sous tes traits appuyés qui me salissent, sous tes doigts qui me pervertissent.

Aïe, ouille !

Lire la suite de « Meurtrissures »