Bla bla (Agenda ironique juillet)

Bonjour bonjour ! Les émotions dernières étant enfin retombées (pour ceux qui ont pas suivi, c’est par là le condensé des dernières aventures litturesques et éditoriiiales), une pause entre deux invités étant accordée (oui nous vivons dans un « moulin » et nous avons pris l’expression totalement à la lettre), me voilà de retour plus tôt que prévu, plus tard qu’imprévu quoi ! Et cette fois, je reprends enfin du service pour l’Agenda Ironique ! Si vous avez par malheur oublié ce dont que quoi il s’agissait, yeutez donc par ici chez les Carnets Paresseux. Pour le reste, ce mois-ci, l’agenda fort ironique se tenait chez Victor Hugotte : il y était question d’onomatopées en tous genres, de borborygmes aussi, d’accumuler et de répéter pour conter un moment décisif, pas forcément fatidique dans la vie d’une personne ! Bon, je ne sais pourquoi, mais quand j’ai lu cette consigne autour du bruit, j’ai pensé au tout dernier festival de jazz (pour le moins) expérimental auquel nous avons « gaiement » assisté. Et, de fil en aiguille, de flûte en bec, ça a donné ce texte ! Je précise que toutes ces onomatopées ont été tirées d’une liste trouvée en trois clics sur le net, et que si vous retrouvez le mot derrière le son, le sens devrait « apparaître », comme d’un coup de baguette de magicien musicien… Je vous souhaite donc une belle lecture et m’excuse d’avance pour la cacophonie littéraire qui en résulte !

(Toute ressemblance serait purement non fortuite et absolument, voire abondamment exagérée).

Dans un temps autrefois, jadis…

FRRDONGCLICZZTSCRRFLIPFLAPTAPTAPTAPTICTICTACTRIIITVLANG !!

— BOUH cette musique ! J’ai cru URG !!!

— RAAH !!! Mais… mais… HOURRA! HOURRA !

— HOURRA ??! HOURRA ??! HOU-HOU, il y a quelqu’un ? Tu as écouté la même chose que moi ? Un TAGADA TAGADA qui joue de la harpe avec une TSING n’aurait pas plus écorché mes oreilles !!  

— C’était si BANG ! Pas meilleur pour PANG PANG la soirée !

— J’aurais préféré ZZZer ou RRRer… Ça VROOM-VROOMait trop, ça RA-TA-TA-TAit ! J’ai la tête comme un TUT-TUT ! AIE, OUILLE ! J’ai les tympans qui font BOUM-BOUM.

— Mais c’est de l’art, du pur ! Un BING de maître ! Du CLAP CLAP, du WAHOU, de l’ovation ! ça SCHLAKe le TRIIII TRIIII un son pareil !

— BEUH… tu m’ôteras pas de l’esprit que c’était juste du BONG BONG entre deux FROU-FROU, j’aurais mieux préféré assister à un concert du groupe DRING-DRING, en plus j’ai les fesses qui SCRATCHent sur leurs sièges, confessa-t-elle en se versant une PLOC de limonade.

— COââ !? Je m’ARGLLe, je GARGLe ! fit-il en se tenant les mains à la gorge.

— PFFayer pour écouter du BROUHAHA… répondit-elle en haussant les épaules.

— Vaudrait mieux la ZIPper, tu me files le HIC, tu me refiles le HIP, je GLOUPe devant tant d’EUH… Que DING-DONG-t-il donc dans cette caboche ? Renier ainsi le génie COCORICO… s’insurgea-t-il, au bord de l’apoplexie symphonique, scandalisé et outré par un manque si criant de goût.

— MOUAIS… ça, du génie ? Quelle comédie musicale ! En plus, il fait un AGLA-AGLA de COIN-COIN dans ce chapiteau.

— Ah non ! Ne commence pas à ATCHOUMer, tu vas gêner le second concert ! Fais des HAN-HAN s’il te plait ! C’est les GROINs-GROINs en ARGN qui montent sur scène !

— Bah, je croyais qu’on venait de les voir !

— Mais non ! C’était GONG de GLOU-GLOU ! Ça n’a absolument rien à voir !

FRRDONGCLICZZTSCRRFLIPFLAPTAPTAPTAPTICTICTACTRIIITVLANG !!

— HUM HUM, effectivement, ça n’avait rien à voir, soupira-t-elle en refermant un peu plus sa veste et en buvant une nouvelle gorgée de limonade.

PSCHIIIIIT…

Pour suivre mes lubies « littéraires » et autres actus, c’est par ici en s’abonnant ! Pour l’édition, c’est sur la barre latérale !

Image par Peter Fischer de Pixabay

Le fourre-tout littéraire

Hell yeah Bukowski !

Bonjour à toi ! Eh oui, je reviens déjà ici avec de la nouveauté ! Comment ça ??? Après des semaines d’absence, deux publications en 6 jours ?!! (Si t’as pas eu le temps de dire ouf, ni de lire mes derniers textes, c’est ici) Yes, oui, si, da, c’est tout ou rien en ce moment, soit j’ai la même présence qu’un fantôme fantaisiste, soit je me transforme en prolifique perroquet ! C’est les « vacances » (en vrai, j’ai une tonne de travail qui m’attend pour les jours à venir, mais j’ai adopté la position de l’autruche, une politique qui fonctionne pas plus mal qu’une autre) alors j’en profite pour te partager mes derniers textes en vue de l’atelier à venir. Deux consignes sont à l’honneur en ce jour, l’écriture d’un fait divers et un texte autour de la musique tout en jeux de jambes de mots qui commençait ainsi « Une partition ayant mal au dos cherchait une ligne où s’accrocher mais aucune n’était à sa portée. Alors qu’elle désespérait de… » . Bien entendu, en cette période morose, pas question de prendre tout ceci fort au sérieux, alors je me suis amusée à emberlificoter les istruziones et en avant la fanfare ! Parce que hein, « Some people never go crazy, what truly horrible lives they must lead (certains ne se lâchent jamais, quelles vies affreuses ils doivent mener). C’est pas moi qui l’ai dit, c’est Bukowski !

Belle lecture à toi, merci d’avance pour ton passage, ton indulgence, ton commentaire d’admiration éternelle (rayer la mention inutile).

Le fourre-tout littéraire

à vos styl’oh (écrivez comme vous êtes #2)

Bonjour à toi, cher.ère lecteur.rice ! Alors que j’essaie d’inculquer à mon chat comment mettre à chauffer l’eau du thé (échec total, clairement ce chat n’a jamais entendu parler des évolutions de Pokemon), je reviens vers toi avec une proposition d’écriture de dimanche ! Cela fait déjà un moment que je veux proposer à nouveau ces rendez-vous, et que je repousse, faute de temps et de solution quantique à portée de main. J’avais donc pensé à une consigne assez burlesque, conçue un jour de boue et de gadoue près de la Dordogne, puis ce matin, je suis tombée grâce à une chère amie (si tu passes par ici, coucououou !) sur le nouvel album PARADIS de Ben Mazué. Si tu ne connais pas cet artiste, je t’invite à vite aller faire un ‘tit tour sur la toile pour découvrir ses textes poétiques et doux. Il m’a fait aimer les Magnolias de Cloclo, si si, je t’assure. Bon, comme on n’est pas dans la catégorie Bibli Roulante (assez sédentaire en ce moment) avec chronique pseudo-culturo-littéraire, mais dans à vos styl’oh, je te propose aujourd’hui de partir de la chanson de Ben Mazué « J’écris ». Parce que c’est une belle chanson, et parce que ça m’intéresse, et parce que je m’y suis essayée pour m’amuser cet après-midi. Eh oui, on a les après-midis qu’on mérite. Je te donne les paroles de la chanson, et tu peux donc laisser filer tes mots pour dire haut et fort pourquoi donc tu écris. C’est assez libre, hein c’est pas une interro, j’ai assez donné cette semaine, j’ai respecté la structure à moitié, n’ai pas mis les ponts par exemple et n’ai certainement pas essayé de la caler en musique 🙂 ! Tu peux faire en vers, en prose, en impro, bref, écris comme tu es et poste ton texte en commentaire !

À vos styl'oh !

Tout un télégramme !

Bonsoir à toi ! Me revoici de retour, après deux semaines hautes en couleur ! Les premières commandes de la Complainte du Belzébuth ont été envoyées, (si tu ne te l’es pas encore procurée, j’en parle ici) et j’ai déjà eu un retour fort positif qui ne vient… ni de ma tante ni de mon chat analphabète ! Bref, aujourd’hui, je reviens avec un exercice réalisé dans le cadre de l’atelier que je suis dans ma ville. La consigne : écrire une histoire à partir du télégramme suivant ! 5h. Paul doit voir le juge. Echappe à des mafiosos. En danger à cause de la chloroquine. Se cacher dans une grotte. Ours en colère. Finit à l’hôpital. Evidemment, avec de telles péripéties, fallait pas s’attendre à autre chose que de l’absurde… Bonne lecture à toi et n’hésite pas à partager ton avis en commentaire 😉 !

5H. Paul lève son bras machinalement, la tête enfoncée dans son oreiller, un filet de bave ornant le tissu à fleurs un peu démodé du coussin.

 – Le juge ! est la première pensée de Paul, après « merde » et «  c’est quoi ça » en sentant la matière visqueuse  sur sa joue droite. Il allume la lumière. Pas le temps de traîner, il doit prendre sa douche et s’habiller. Où a-t-il mis son costard ? En même temps, est-ce qu’il faut mettre un costard pour passer devant le juge ? On s’en pose de ces questions existentielles dans le monde.  Il farfouille dans son placard, ne trouve rien. Plan B. Une cravate suffira.  Il en déniche une parmi ses slips, jaunis et élargis.

Le fourre-tout littéraire

Les trois petits contes

Bonsoir à toi, enfin je reviens sur le blog, pour partager de nouvelles consignes d’écriture après quelques semaines d’absence, c’est toujours la course niveau nouveau travail et je lutte pour trouver un moment pour écrire et venir lire ! Mais je suis partie pour un mois avec moins de responsabilité, alors je vais essayer de reprendre mon rythme d’un texte par semaine, surtout que j’en ai des projets à achever ! Aujourd’hui, je te présente les consignes d’écriture de l’atelier en ligne auquel je participe. Il fallait expliquer pourquoi un ou une célèbre méchante avait ainsi « tourné », comme dans Joker de Todd Phillips. Ensuite, il fallait s’amuser autour des onomatopées, comme dans la chanson Comic Strip de Gainsbourg. Et dernière mission raconter un fait extraordinaire dans un quotidien ordinaire. Et tout ça sous forme libre ! Une cueillette de textes fort variée que je te laisse apprécier… Quel est ton préféré ? Dis-le moi en commentaire ! Et comme toujours, n’hésite pas à partager et lire les anciens textes ici ! Belle soirée !

Consigne 1 : expliquer les raisons pour lesquelles un méchant devient méchant

– Non mais je rêve ! 

– Vous connaissez les règles…

– C’est absolument merveilleux de grotesque, d’absurde, je suis la reine !

– Au tribunal, seule la loi fait office de roi… 

– On marche sur la tête ! D’ailleurs, vous n’allez pas tarder à l’avoir coupée, votre tête !

Le fourre-tout littéraire

Docteur, chat va pas ! (free style, viens participer ! )

Bonjour à tous, je suis comme souvent ces derniers temps en retard total sur mon challenge du dimanche. Alors, cette fois-ci, pas d’Absinthe, ni de Chartreuse ni de Champomy, mais un nouvel exercice à « main levée » tiré du lire Écrire de Faly Stachak (j’en parlais déjà ici). Comme toujours, je n’ai pas suivi une méthode très alambiquée pour choisir l’exercice, j’ai ouvert une page, et j’ai lu les propositions avant ou après. Mais celle-ci m’a de suite tapé dans l’oeil : L’interphone. Zoé Rey /Drissa Keita / Médium /Dr U Meyer, Psychanaliste Animalier /Maître Gadin, Avocat / Marc Louis Alice Cloé Martin et Pierre Clerc / Chris Fleurs / Gardienne. Tous ces noms ont été tirés d’une publicité, il faut donc imaginer l’immeuble dans lequel ils habitent, se choisir un personnage… et écouter à la porte… et même plus, imaginer que l’on peut voir à travers les murs… Que se passe-t-il ? Voilà ce qui se passe chez moi (oui, c’est absurde, mais faut pas me laisser un crayon) ! Comme dans le dernier free style, je vous invite à poster votre texte en commentaire. N’hésitez pas à chercher dans un annuaire (un quoi ???), ou aller fureter les noms des immeubles voisins, et laissez-vous (télé)porter ! C’est normalement un texte qui demande préparation, je me suis juste donné 25 minutes, for fun ! Ouf, beaucoup de « comme » dans cette intro, pas sûr que ce soit bon pour ma com’ !

Le fourre-tout littéraire

Wild Wild World

Bonjour à tous, c’est dimanche, jour du confinement ! Comme le coronavirus ne s’attaque pas encore à la créativité, j’en profite pour vous offrir un texte qui ne rentre dans aucune case, ni celle du Zodiac, ni celle de l’Agenda Ironique, ni du Bric à Book. Je n’en dis pas plus pour ne rien vous dévoiler, et j’attends vos commentaires en fin de lecture. De mon côté, préparation d’un nouvel Apprentie en herbe, et travail sur mon recueil en parallèle. Si vous ne savez pas quoi faire, et que vous avez maté tout Netflix, parcourez les diverses catégories, la nouvelle (La Bibli roulante) avec mes lectures et je suis en train de réfléchir à une autre dans le futur, dont je vous parlerai en temps voulu ! Beau dimanche à vous, Sabrina.

Le fourre-tout littéraire

Bombe à retardement

Bonjour bonjour, revoilà venu le temps du Zodiac ! Je suis enfin dans les clous, puisque je poste en octobre, le mois… d’octobre ! Youpi ! Alors, pour tous ceux qui ne connaissent pas le Zodiac, tout est expliqué ici Atlantides ou là Au bout de l’arc-en-ciel, et je vous invite à découvrir les textes sur la gauche, tout est tout beau tout trié depuis samedi dernier ! Ce mois-ci, on devait choisir entre : le train / ouragan / un air de musique / histoire de femmes. J’aurais pu m’amuser sur le train, mais je me suis lancée sur le dernier. N’hésitez pas à partager vos retours. Bonne lecture à vous, Sabrina.

Le fourre-tout littéraire

Rouge

A trois jours du gong, je produis le texte de septembre pour le Zodiac Challenge ! J’ai dû avancer et (légèrement tarter) la cadence pour rattraper les 7 mois de retard, mais j’y suis arrivée ! Maintenant, je vais pouvoir passer plus de temps à l’écriture chaque mois car je serai dans le même wagon que mes compagnons de challenge ! Fiou, comme quoi, faut jamais se laisser abattre ! Je reviens avec un texte concocté entre deux cours où il fallait choisir entre : avant internet / parler tout seul / calme/ rouge. Bon, encore une fois, je suis sympa, tout est dans le titre, du moins le choix, car pour le reste, va falloir lire les cocos ! Bonne lecture à vous, je vous retrouve en commentaire. N’oubliez pas d’aller fouiner sur Agenda ironique de septembre 2019, textes et votes pour découvrir tous les textes ainsi que ma participation à l’agenda ironique (parce que je suis un peu dingo et que j’aime faire plein de défis en même temps) et sur tous les textes du Zodiac pour lire les règles et vous lancer comme ici Atlantides

Le fourre-tout littéraire

Trouver sa voix

C’est la rentrée depuis quelques jours, et pour nous, ça signifie la fin du chamboulement estival ! On a enfin un toit bien à nous, avec le chat qui va avec, et on se prend à jouer aux trois petits cochons depuis lundi ! Halte là, esprits mal placés, je vous arrête tout de suite, si je fais référence au conte, c’est parce que notre maison, elle est en bois, que croyiez-vous donc ? Bref, une maisonnette en bois dans les bois, ça ne peut qu’être propice à l’écriture, et comme je suis toujours en retard sur le http://zodiac-challenge.forumactif.com/, je vous propose ma dernière lubie écrituresque sur l’un des thèmes imposés du mois de juin : je me souviens / la voix/ la lumière bleue / une rencontre inattendue. J’aurais pu très bien raconter une histoire très simple et très courte. Je me souviens, c’était il y 5 ans, ou peut-être plus, de cette rencontre inattendue, je me souvien surtout de sa voix, puis de ses yeux, si clairs dans la lumière bleue. Mais il faut croire que je n’aime pas la simplicité. N’hésitez pas à me dire quelle histoire vous préférez, sauf si c’est la première 🙂 ! Belle journée à vous, Sabrina.

Le fourre-tout littéraire