Bonsoir bonsoir, me revoilà avec un peu moins de retard que d’habitude ! Comme je croule sous les projets que je repousse toujours à la Saint-Glinglin et que ledit saint n’est toujours pas apparu dans mon calendrier, je propose aujourd’hui un texte plutôt léger vu la morosité ambiante. Pour ceux qui ont plutôt envie de rire jaune et qui ont loupé ma petite satire, je vous renvoie sur mon Zinocchio sur ce même blog, et ceux qui se rêvent bon samaritain, sur mon recueil de nouvelles en vente dans toutes les librairies qui se respectent (enfin, qui sont référencées quoi). Les commentaires sont les bienvenus, (surtout les plus élogieux), car nous vivons dans ce monde de buzz et d’algorithmes… ardu pour les inconnues de mon espèce, plus communément appelées les youhou-cest-moi! Cessons les pirouettes, voici mon historiette, je vous retrouve en fin de texte pour recueillir vos impressions !

— Chaque année, c’est pareil ! On nous fait pousser, alors on pousse, on pousse, et quand on est enfin prêtes à prendre notre pied, on nous envoie nous faire farcir !

— C’est vrai ça, on n’est pas des tomates à la fin !

— Non à la soupe !

— Non à la purée !

— Non à la confiture !

— Je ne suis pas certaine que nous servions à faire de la confiture, coupa d’un ton sans équivoque, Pumpkin, la cheffe des citrouilles qui avait réuni en urgence ses voisines du potager.

C’est que l’automne était déjà bien entamé, et arrivait avec lui, une fête que d’aucunes redoutaient… Halloween.

— Pumpkin a raison… concéda Squashie de mauvaise grâce. J’ai entendu dire qu’on nous mettait même des bougies… ne put-elle s’empêcher de rajouter en se rappelant la conversation surprise entre Jack, leur propriétaire et Lantern, l’un des maraîchers avec qui il traitait.

— Des bougies ? Où ça ? s’écria Butter, qui n’avait pas d’imagination.

— Oui, où donc ? s’exclama Nut, sa citrouille jumelle, qui n’avait pas plus de créativité.

— Si vous saviez la perversité de ces humains, cracha Squashie, ils vont nous peler, nous vider et nous foutre une bougie dans le…

— Aucune importance ! interrompit Pumpkin avant que Squashie n’entre dans des détails peu ragoutants. Les jumelles étaient suffisamment agitées.

— J’ai quand même le droit de savoir où on va me mettre une bougie !! s’indigna Butter, qui commençait à voir où effectivement ladite bougie pourrait se loger.

— C’est vrai ça, on est peut-être des citrouilles, mais on a des droits quand même, surenchérit Nut, qui s’appuyait toujours sereinement sur l’avis de sa jumelle.

— Il est pas né celui qui me mettra une bougie dans les… grommela Squashie, furieuse à cette idée.

— Et si on oubliait cette histoire de bougies ? Je vous dis qu’aucune d’entre nous finira de cette manière ! J’ai un plan.

— Un plan ? s’étonna Butter. 

— Un plan pour quoi ? reprit Nut, qui n’était pas certaine de saisir la tournure de la situation.

— Pour fuir cette vie de courge, asséna Pumpkin doctement en sortant de derrière l’une de ses feuilles un sécateur.

— Mais où donc… ? demanda Butter, que la vue de la lame d’acier avait recentrée sur l’essentiel, mais altéré l’usage de la parole.

— Pourquoi donc… ? rajouta Nut, qui ne se débrouillait guère mieux.

— Pour planter d’un coup de couteau sec et vif la gorge de Jack et… lâcha Squashie,  faisant trembler ses feuilles sous l’excitation.

— Pour nous libérer de nos chaînes, déclara Pumpkin, pour arrêter Squashie, qui était sanguine comme une orange.

— Jack est un gentil jardinier, reprit Pumpkin plus doucement. Mais il est un peu tête en l’air. Il était en train de couper le rosier juste à côté. Sauf que son téléphone a sonné, vous savez comment il est en ce moment. Il a couru à l’intérieur et…

— Il en a oublié son sécateur ! comprit Butter, qui avait toujours été plus vive que sa jumelle.

— Mais qu’est-ce qu’on va en faire de ce sécateur ? Je ne sais pas tailler les rosiers ! s’inquiéta Nut, qui avait toujours eu une vision différente du monde.

— Quelle bande de courgettes les jumelles ! Vous avez pas plus de cervelle qu’un navet ! ricana Squashie qui imaginait déjà se la rouler douce avec son pote Imaron.

— Navet toi-même, cria Nut, visiblement vexée, mais à court de répartie.

— Tu sais ce que je vais en faire de ton sécateur, Squashie ??? Tu sais ce que je vais en faire, gronda Butter, prête à défendre sa jumelle, sans savoir ce qu’elle pourrait bien faire avec un sécateur.

— Je tremble comme une feuille ! railla Squashie, face à cette menace plutôt cocasse.

— T’as de la branche que… cria Butter, qui se rappelait qu’à court d’arguments, le mieux était de gueuler.

— Tu vas voir ce que tu vas voir ! hurla encore plus fort Nut en s’emparant du sécateur.

— Ne pâtissons pas ! Calmons-nous ! hurla Pumpkin qui perdait rarement le contrôle, et son sang-froid.

Trop tard ! Nut, ne sachant évidemment pas se servir d’un sécateur, lança de toutes ses forces la paire de ciseaux en visant Squashie.

Le sécateur se planta dans l’écorce de Pumpkin, laissant un trou béant dans sa chair. Les citrouilles se pétrifièrent. Avant que l’une d’entre elles retrouvât ses esprits pour dire des paroles réconfortantes – inutiles – à leur cheffe, elles entendirent des pas.

— Ah, le voilà, ton sécateur ! Tu perds la tête mon vieux ! s’exclama Lantern.

— C’est qu’il y a un problème avec la livraison pour le marché des Halles Auwin. Ils veulent leurs citrouilles un peu plus en avance cette année pour leur présentoir. Ils m’ont appelé pour que je leur dégote les plus belles et que je leur livre ce matin…

— Ben, celles-ci, elles sont superbes, non ? glissa Lantern en direction de Butter, Nut et Squashie. Par contre, dis donc,  celle-là est en piteux état. Tu l’as sacrément amochée avec ton sécateur… Et pour le… retirer, marmonna-t-il en tirant violemment sur le sécateur. De dieu !

— Oui, je me demande ce qui m’a pris… murmura Jack en reprenant le sécateur des mains.

— Le stress ne fait pas bon ménage dans un potager, je te l’ai toujours dit.

— Je vais pas pouvoir en tirer grand-chose, pourtant, c’était la plus ronde et la plus ferme. Elle sera bonne pour une soupe… Encore… soupira Jack, que l’idée d’un potage ne réjouissait pas plus que celle de perdre une belle somme d’argent.

— T’as essayé la confiture ?

À ces paroles, Squashie, Butter et Nut grimacèrent. Pumpkin, elle, frémit.

Alors, vous en avez pensé quoi de mon texte aux couleurs d’Halloween ? Pour suivre mes actus, c’est là

Crédit photo Gang of pumpkins by Sabrina P.

4 commentaires

  1. Bon jour Sabrina,
    J’aime (comme toujours) tes textes et celui pareillement avec ce sens de la narration fluide et efficace … les protagonistes prennent cette allure d’anthropomorphisme galopant et jouent à la perfection leur rôle d’un réel qui semble être du théâtre mais dont le drame cucurbitanocide semble inéluctable avec cette impossibilité de changer leur destin… C’est presque un conte philosophique … 🙂
    Bonne soirée à toi.
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Max-Louis pour ton retour enthousiaste ! Tes mots me vont droit au cœur car je suis frustrée de si peu écrire que je cisèle moins mes textes… merci pour mes citrouilles 😉 et belle journée à toi ! Sabrina.

      Aimé par 1 personne

  2. Comme à l’accoutumée je me suis amusée à la lecture de cette nouvelle aventure et j’aime beaucoup le terme de mon prédécesseur « cucurbitanocide 🙂 » Bon sinon, moi le gâteau de citrouille aux pruneaux c’est toute mon enfance pour Halloween ou Halles AUWIN. Sinon je frémis, car je n’arrive pas à suivre un rythme correct d’une publication par mois, alors je crise quand je vois tes publications…Le vaudeville me prend tout mon temps et quelques publications sur Short, je vais essayer de me discipliner à partir de novembre.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis ravie de te voir ici et de lire ton retour ! En effet Max-Louis trouve toujours le bon mot ;). Je ne sais pourquoi mais j’ai toujours adoré cette fête même ultra commerciale… courage pour tes écrits, c’est pas toujours facile de mener tous les fronts, hâte de te lire ! Belle journée à toi, Sabrina.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.