Bonsoir à toi, enfin je reviens sur le blog, pour partager de nouvelles consignes d’écriture après quelques semaines d’absence, c’est toujours la course niveau nouveau travail et je lutte pour trouver un moment pour écrire et venir lire ! Mais je suis partie pour un mois avec moins de responsabilité, alors je vais essayer de reprendre mon rythme d’un texte par semaine, surtout que j’en ai des projets à achever ! Aujourd’hui, je te présente les consignes d’écriture de l’atelier en ligne auquel je participe. Il fallait expliquer pourquoi un ou une célèbre méchante avait ainsi « tourné », comme dans Joker de Todd Phillips. Ensuite, il fallait s’amuser autour des onomatopées, comme dans la chanson Comic Strip de Gainsbourg. Et dernière mission raconter un fait extraordinaire dans un quotidien ordinaire. Et tout ça sous forme libre ! Une cueillette de textes fort variée que je te laisse apprécier… Quel est ton préféré ? Dis-le moi en commentaire ! Et comme toujours, n’hésite pas à partager et lire les anciens textes ici ! Belle soirée !

Consigne 1 : expliquer les raisons pour lesquelles un méchant devient méchant

– Non mais je rêve ! 

– Vous connaissez les règles…

– C’est absolument merveilleux de grotesque, d’absurde, je suis la reine !

– Au tribunal, seule la loi fait office de roi… 

– On marche sur la tête ! D’ailleurs, vous n’allez pas tarder à l’avoir coupée, votre tête !

– Ecoutez, je vais jouer cartes sur table, tout plaide en votre défaveur…

– Vous n’avez pas de cœur ! 

– L’armée est contre vous, les témoignages du lapin…

– Encore un « cou » tordu de…

– Du chapelier…

– Chapeau, si vous y croyez !

– D’Alice…

– Cette Alice, cette donzelle qui s’allonge et qui rapetisse !

– Du Loir…

– Il passe sa vie dans les dortoirs !

– De la duchesse… 

– Cette traîtresse ! 

– De la fausse-tortue…

–  La citer même, c’est tordu !

– Quand même, on parle là du roi…

– Du roi ! Attendez, je ne respire plus, j’étouffe, j’ai une pointe au cœur ! Ne m’en parlez pas ! Ce poltron ! Ne m’en parlez plus ! Ce gros minet ! 

– Convenez que ce genre de réaction n’aidera pas votre cause… 

– Mais au diable la cause ! Que cette écervelée d’Alice et ses amis imaginaires me fassent la guerre, passe encore, la jeunesse préfère créer des histoires plutôt que d’être bercée dedans ! Que mes serviteurs se retournent contre moi, passe encore ! La rébellion gronde mais s’essoufflera ! Elle s’éteint toujours quand il faut nourrir des bouches. Mais qu’on me jette en pâture pour cette ordure ! Ce roi sans foi, ni poids ! Qui m’a épousée pour ma fortune ! Qui m’a fait croire à de belles paroles ! Qui m’a sorti le grand jeu ! Et moi qui étais si jeune, qui me trouvais si laide, j’y ai cru à ses sérénades. J’aurais dû écouter ma mère « ma fille reste célibataire, le jour où tu épouses un homme, tu hérites du balai et de la serpillière ». 

– Vous y allez un peu fort…

–Vous savez ce que je lui ai fait ! Je lui ai ri au nez « mère vous vous trompez, si vous entendiez ses mots, vous les comprendriez ». En croyant trouver mon roi, je me suis révélée aussi bête qu’une oie !

– Personne n’oserait penser cela de vous, ma Reine.

– Une oie grasse et stupide comme un soir de réveillon ! Le lendemain de notre célébration, tout avait disparu ! Les mots doux, les regards brûlants ! Il ne me restait que cette bague à mon doigt, comme une dague en plein cœur. Propulsé roi, à son amour j’ai mis une croix ! J’ai tout fait pour qu’il me voie à nouveau. J’ai exécuté toutes les tâches qu’il m’ordonnait, et tous les habitants qu’il me désignait.  Il fallait voir ma mère qui, triomphante, du bout des lèvres, et du fond des yeux, me signifiait qu’elle me l’avait bien dit. Et moi, je faisais la fière, et la nuit, je pleurais des heures entières… 

– Ma reine, vous savez bien que les hommes ne sont pas toujours très doués pour ce genre de délicatesse…

– Ah ! Je ris, je suffoque ! De la délicatesse, il en avait ! Ces paroles-là, que j’attendais en vain, il les réservait à une autre, à cette Lisandrin. Cette nuit-là, quand je les ai surpris enlacés tous les deux dans la suite du roi… j’ai cru que mon cœur allait s’arrêter. Je l’ai senti se briser en mille morceaux. Je ne sais pas ce qui m’a pris ! La raison avait quitté mon corps, j’ai vu la bougie et je l’ai lancée ! Si Clothilde la femme de chambre n’était pas intervenue, je… je… Je ne voulais rien que son amour, rien de plus ! 

– Ma Reine, peut-être que lors du jugement, vous pourriez répéter ce que vous venez de confier…

– Que dites-vous ? Raconter ceci à toute la populace ! Jamais, vous m’entendez ! Jamais ! 

– Ca pourrait montrer… 

– Montrer quoi ? Mes faiblesses !

– Non, qu’au fond vous avez un cœur, ma Reine. 

__________________________________________________________

Consigne 2 : autour des onomatopées

Elle est petite, Fiou, ce qu’elle va vite,

Vroum vroum sur un camion à pédales,

Tut tut la voilà qui dévale,

Crac crac elle ôte les têtes des Barbies,

Pschitt pschitt elle teste toutes les formules de chimie.

Toc toc qu’elle toque à la porte, toc toc qu’on l’est tous dans la famille.

Clac clac, quand elle sort de la pièce,

Clac clac quand elle sort les talons.

Miam miam qu’elle s’extasie.

Aïe aïe qu’elle s’exclame.

Zzz zzz la seringue du tatouage.

Waouh à la plage,

Blablas devant les magazines,

Plouf plouf avec les cousines.

A glagla, ce qu’il fait froid,

Ouin ouin ils sont trois.

Cocorico les réveils matinaux,

Youpi youpi aux premiers mots. 

Ding dong ce qu’elle est belle,

Hip hip hourra l’ex-demoiselle !

Ploc ploc dans la maison…

Clic-frou-tshh de construction.

Ah ah la bouche pleine,

Pin pon Pin pon, premier tour de sirènes…

Raah, Vlan, Paf elle contre la maladie

Zip Zip ailleurs, voilà ce qu’elle lui dit…

Ouin ouin une deuxième fois.

Clap clap, on applaudit

Boum boum ça fourmille de bruits,

Bouh hou quelle triste nouvelle, S

Smac smac à cette étoile nouvelle.

Puis.

Chut.

Chut.

Silence éternel.  

Consigne 3 : autour d’un fait extraordinaire dans une journée ordinaire.

Faut que je vous parle d’une histoire, mais jurez-moi que vous ne me prendrez pas pour une folle. Je me suis levée comme tous les matins. Jusque-là, rien de bien surprenant, même si tout le monde ne peut en dire autant. J’ai développé une habitude, je mets mon pied dans une chaussette, toujours la droite et rentre ensuite la deuxième dans la gauche. Est-ce parce que je suis droitière ? Peu importe, c’est toujours d’un pas gauche que je me dirige vers la cuisine, je ne suis pas du matin, ni du soir, remarquez, peut-on dire de quelqu’un qu’il est de la journée ? Je me dirige donc vers la cuisine pour nourrir mon compagnon à poils, enfin mon chat, devrais-je dire car mon partenaire – qui dort aussi à poils – se lève bien plus tard. Sans bien regarder ce que je fais, je verse de l’eau et des croquettes dans la gamelle et je me rends compte que quelque chose cloche… Il n’y a pour ainsi dire, pas un bruit : c’est un silence religieux autour de moi. M’enfin, religieux, ça se voit que personne va plus à la messe pour sortir pareille expression parce qu’entre les Notre Père et les paraboles, y a pas trop de place pour la déconnexion spirituelle. Ce que je cherche à vous dire, c’est que ce matin-là, c’était pas net ! J’allume donc la lumière et là je vois mon chat ! Non pas accroupi près de sa gamelle, mais assis sur une chaise, celle de ma grand-mère en plus, c’est-y pas gonflé ! En costume-cravate ! Et le voilà qu’il boit un café noir à la petite cuillère ! Stupéfaite serait bien faible pour exprimer mon émotion ! Comment avait-il réussi à activer notre machine SANSEO alors qu’on n’a jamais pu diable en comprendre la notice ?

– Tout va bien chérie ? qu’il a osé me dire dans un français impeccable.

J’ai dû m’asseoir à ce moment-là sur une autre chaise, celle de mon grand-père. Ça ne m’arrive pas souvent je dois dire, mais là, trop c’était trop. Cela faisait des sacrés lustres que mon compagnon (celui qui dort normalement à ma droite et non pas à mes pieds) ne m’avait dit pareil mot doux ! Et voilà que mon chat prend le journal et me parle d’un article fort intéressant (selon ses propres mots) sur le krach boursier de 29. Je peux pas vous dire comme ça m’a chamboulée : mon chat, que j’avais toujours considéré comme un peu soupe-au-lait et porté sur la croquette, me parle économie à une heure fort matinale.

30 minutes se sont écoulées. C’est simple, je savais pas qu’on pouvait dire autant de choses sur un truc qui a coulé et qu’il y a pas Léonardo Di Caprio dedans. Il a fini son café, a remis sa cravate et est parti pour le travail ! Il a passé la porte comme je vous le dis et a même ajouté à sa tenue, un chapeau !

Et ensuite me direz-vous ?

Et ensuite, eh bien, je suis allée réveiller mon compagnon qui dort toujours au mauvais moment. Croyez-moi ou pas, il n’était pas dans la chambre ! J’ai cherché sous le lit et dans la cage à chat (ne jugez pas, qui n’a jamais oublié ses lunettes dans un frigo ?) Rien ! Et depuis ?

Et depuis, j’attends près de la gamelle de croquettes, j’ai mis ses préférées, et ai réussi à activer la machine à café. Mon lit est bien grand.

Alors, qu’en penses-tu ? Pour ne rien manquer de croustillant, c’est là !

Crédit photo : Superlove by @entreleslignes4

16 commentaires

  1. Bon jour Sabrina,
    Heureux de te lire 🙂 J’aime particulièrement la 1ère histoire. La deuxième me paraît difficile à comprendre et si la troisième a de bons reliefs dans certains passage et que la narration nous porte dans l’inattendue, je reste perplexe sur la chute …
    Je vais peut-être essayer une consigne …
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Max-Louis pour ta lecture et ton retour détaillé qui m’aiguille… Pour le 2ème texte en effet, il a un sens particulier dans ma tête, et c’est très personnel, j’imagine qu’il n’est pas évident à déchiffrer, à voir si je le retravaille pour faciliter la lecture… Pour le 3ème, j’ai choisi l’absurde jusqu’au bout, on peut choisir de comprendre (ou ne pas comprendre) ce que l’on veut 🙂 ! Hâte de lire tes essais, quelle consigne choisiras-tu… ? Je viendrai te lire dans la journée ! Encore merci, belle journée, Sabrina.

      Aimé par 1 personne

      1. Bon jour Sabrina,
        J’ai choisi le méchant méchant 🙂 Pour l’instant, je cherche un « point d’appui » pour démarrer … 🙂
        Belle journée à toi également .
        Max-Louis

        J'aime

    1. Merci Marinade pour ta venue sur mes lignes et ton choix de texte… Comme quoi, toute lecture est bien subjective 😉 Merci pour ton commentaire, je viens te lire dans la journée, c’est toujours un plaisir ! Belle journée, Sabrina.

      Aimé par 1 personne

  2. Très heureuse de retrouver ta pétillante plume. J’ai adoré tes trois histoires avec une préférence pour la dernière. Avec cette chute absurde. Hâte de lire tes prochains écrits.
    Bisous et bon dimanche pluvieux.

    Constance S.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh merci Constance pour ton passage ici et ton joli commentaire ! Hum hum, je prends note pour le troisième texte 🙂 Je m’en vais très vite lire tes propres récits… de voyage ou d’horreur 🙂 ! Belle soirée à toi, Sabrina !

      J'aime

    1. Mais excellent ça ! Je m’en vais la lire sur-le-champ ! Je suis ravie que cela t’inspire, surtout que je n’ai pas encore eu le temps de créer mes listes de consignes personnelles ! Belle journée à toi, Sabrina.

      Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Sabrina,

    Moi, j’ai une préférence pour la 3ème encore que la 1ère me plaît bien également. Mais effectivement, la 2ème, c’est plus compliqué. Tout cela me paraît bien loufoque et c’est plaisant à découvrir. On peut vraiment dire que ton style n’a rien de commun. Bravo Sabrina !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Nadine ! Et comme toujours, merci de ta lecture, et ton retour. Ca fait toujours chaud au coeur, et j’aime voir les préférences des lecteurs selon leur propre subjectivité. Encore MERCI, j’espère que tu vas bien, et je vais vérifier sur mon fil de lecteur si tu as écrit un nouveau texte, bien à toi, Sabrina.

      J'aime

  4. Ah entre deux on cœur balance. Des onomatopées à l’extraordinaire d’une vie ordinaire Je dois dire que l’humour et le fantastique de cette dernière proposition l’emportent. J’en ri encore. Tu as une plume qui se veut tantôt incisive, tantôt drôle, et dans ce genre tu excelles! Merci. Bon dernier dimanche avant une inconnue pleine de surprises sans doute.

    Aimé par 1 personne

    1. Ahaha merci beaucoup pour ton passage et message. Ce sont en effet des textes plutôt variés qui appellent à diverses sensibilités. Ravie que tu sois venue par ici avant 2021 ;). Je te souhaite le meilleur surtout en écriture ! Belle soirée à toi, Sabrina.

      J'aime

Répondre à iotop Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.