Bonsoir à toi, c’est dimanche soir et je reviens à mes bonnes vieilles habitudes ! Je souhaitais te faire part de mon avancée sur mon recueil de nouvelles (qui a été envoyé à une dizaine de maisons d’édition plus ou moins petites et qui a déjà reçu 3 réponses (spoiler : négatives, sinon j’aurais déjà écrit un article dessus / aurais filmé ma danse de la macarena / et aurais commencé ma nouvelle vie d’écrivaine célèbre dans un cottage anglais à l’abri des regards) mais j’attends encore de trouver les réponses à mes questions avant de me tourner vers l’autoédition. Je t’en parlerai donc la semaine prochaine dans un Apprentie en herbe avec moult précisions. Mais je ne suis pas restée inactive pour autant ! Le mardi, on continue notre atelier d’écriture dans ma ville, (j’en parlais ici ) mais sur Zoom Zoom. Alors, en prévision du webinaire à venir, je te livre en free style les deux exercices effectués à cette occasion, en avant-première. Et ouais, encore mieux qu’au cinéma ! Première consigne, il fallait donc libérer son écrit en écrivant une courte histoire où chaque mot commence par une lettre de l’alphabet. Deuxième consigne, c’est son esprit qu’il fallait délier à partir d’une porte ouverte, mais les yeux fermés… Tu vas voir, comme toujours, j’ai tordu un peu le cou à la règle imposée, que veux-tu, un rond a toujours du mal à devenir un carré ! Belle lecture à toi ! Et si tu veux t’amuser à la tournée de l’alphabet… n’hésite pas 🙂 !

Consigne 1 : une histoire d’alphabet

Alba, une jeune femme alpha

Bée, de sa bouche 

Caresse l’espoir d’un jour

Devenir, prêtresse de l’amour.

Farandoles de rêves qui dansent 

Gambadent sans aucune prudence

Hallucinations d’une ère charnière

Idéalisations d’une idée grossière

Jeunesse, où est passée ta hardiesse ? 

KO pour l’audace, karma à la baisse, 

L cherche à assouvir sa quête, 

Minaudant, comme une oie coquette

Oubliant, omettant de préciser sur les 

Profils qu’elle cherche vite à s’accoupler

Que son ovulation arrive à expiration

Rasant de près la date de péremption

Surfant sur le net, elle écarte les pas nets

Tinder est une bien drôle planète

Ubérisation de l’amour, accélération toujours, 

Valorisation de ce temps après lequel on court

Wagons de solitaires en manque de plaisirs

Xena la guerrière face à son profond désir, 

Yoyo de sentiments pour cette chercheuse de père

Zeste d’espoir, comme une bouteille à la mer(e).. 

Consigne 2 : Porte ouverte, yeux fermés

Porte ouverte, yeux fermés.

Je vis en appartement. Forcément, j’entends mes voisins, non contents de squatter notre balcon qu’ils ont pris en otage, ils devisent sur le monde et lui défèquent dessus. Littéralement. Ce sont de gros pigeons. Pas voyageurs pour un sou, plutôt voyeurs de voisinage du dessous. 

Ils sont amoureux, du moins je l’imagine, au nombre de roucoulements qui s’échappent de leur nichoir. Ah l’amour, mon chat n’aime pas ! Il s’agite, ça ne lui plaît pas, qu’on roucoule ainsi sous son toit. Il grimpe sur son arbre (à chat), enfin, vu la hauteur à laquelle il peut se percher, son buisson (à chat). Peu importe, ces amoureux à plumes aiment à narguer le chaland (chat lent ?) derrière sa fenêtre. Je ne l’entends déjà plus remuer. Il va passer des heures à les mater, matou gourmand qu’il est. Pour lui non plus, pas besoin de télé. 

Le temps passe et des chiens aussi. Sont-ils muselés ? Et leurs maîtres, masqués ?

De la musique résonne à mes oreilles, le son dépasse mes murs, mon voisin entre dans sa salle de bains. Toujours le même hit à pleins tubes, un air entraînant, qui au bout de cinq fois, ne l’est plus vraiment. Moment de douch’eur pour notre mélomane de la salle de bain, qu’il nous partage généreusement de l’autre côté du parpaing.

L’air entre dans la pièce, emportant avec lui des odeurs de la rue, des arômes inconnus. Serait-ce un poulet qui crépite, de la peinture décrépite, de nouvelles fientes qui s’invitent ? Par-dessus ce mélange effervescent d’effluves, me vient celui plus fort, reconnaissable entre tous : le bois de santal. Me voilà en Inde. De l’encens ! C’est ma madeleine à moi, avec une tige fine et une tête de Shiva.

Quand je craque un bâtonnet, je repars aussitôt, et me retrouve à bord d’un rickshaw. Les parfums, les épices, les motos à 2 roues, à 4 passagers, la foule multicolore, les barques, les ballons, les cerfs-volants, les singes voleurs, les saris, les sourires, les arnaques, la barbaque au soleil, au diable l’intimité, les cris, les currys, la musique, les muses, les temples, les tantras, les chants, les couchers de soleil, les levers matinaux, les déserts de sel, les dunes de sable, les découvertes gastronomiques, les déboires gastriques, les prières, le sommeil sacrifié, les vaches sacrées, les laveuses dans la rivière, les regards dans les gares ferroviaires, les banquettes dans les bus sans chauffage, les chauffards dans des bus à étages, l’étouffement, l’émerveillement, l’affolement, la folie, la vie, je vois tout ça et je souris. Je vois tout ça mais je suis ici. 

J’ai les yeux ouverts, c’est ma porte qui est fermée. 

Alors, que penses-tu de ces deux consignes ? As-tu repéré la lettre manquante… ou un hommage (non voulu) à Georges Pérec ? Pour suivre le blog, c’est ici, pour le commenter et partager ton alphabet, c’est plus bas 🙂 !

Crédit photo : Kite festival sunset by @Sabrina P.

9 commentaires

  1. Bon jour Sabrian,
    J’admire le style et l’efficacité de la narration des deux textes.
    Le premier avec cet humour entre l’ironie et le décoiffant tandis que le second nous transporte les yeux fermés (mais il préférable d’avoir la vision nocturne pour lire le texte) d’un voisin dégoisant le monde et les images d’une Inde aux mille couleurs, odeurs et magies … 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.