comments 7

Atlantide

Bonjour à tous, le Zodiac challenge continue ! Toujours le même principe que pour https://entreleslignes.blog/2019/09/13/trouver-sa-voix/ ou https://entreleslignes.blog/2019/09/05/506/ ou encore https://entreleslignes.blog/2019/08/07/lannee-prochaine-filou/ (y’en a déjà 8 au total, pour tous les goûts !). Eh oui, car le Zodiac, c’est l’occasion de s’aiguiser encore et toujours la plume, autour de 4 thèmes différents, en 3000 signes maximum. Alors, il faut dire que je m’amuse sacrément et crée diverses ambiances et styles… Ce mois-ci, déjà celui de juillet (plus que deux et je suis enfin à jour !), les thèmes étaient une île / vous avez rendez-vous / dévorer / l’accident. Je vous laisse découvrir le texte, et je vous retrouve en fin, pour vous expliquer ce que j’ai voulu faire dans cette nouvelle. J’avoue avoir à remercier mon compagnon de toujours, car grâce à lui, j’ai évité deux bourdes géographiques (en même temps, mon premier jet a été écrit en 30 minutes chrono juste avant d’aller manger et 3 « dépêche-toi, ça va être prêt »), et j’ai réussi à trancher parmi deux fins, que je n’arrivais pas à départager, mon côté yin se disputant avec mon côté yang 🙂 ! Belle lecture à vous, Sabrina.

Je sais qu’ils veulent savoir où elle se trouve. Mais son secret est bien gardé. 

C’est une île tellement spéciale. Elle est pas forcément jolie, c’est pas Belle-Ile-en-Mer, elle est pas moche non plus, comme dans la chanson, c’est pas l’Ille-et-Vilaine quoi. C’est pas une île de carte postale, pas de cocotiers, pas de femmes en vahiné, pas de tubes de Vanina, pas d’odeur de vanille, c’est une île qu’est pas pour les vacances, un peu comme l’île de France. C’est presque pas une île, mais c’est certainement pas une presqu’île. Quand on la voit, avec ses flots tranquilles, on imagine pas quand y’a de l’orage qui gronde. La vie est plus difficile d’un coup. On est aux abois, pourtant c’est pas l’île aux chiens. Y’a pas de chien ici de toute façon. Donc pas de tiques. Ni tiques ni plastique. Ca tombe bien, je suis allergique. Aux tiques. Le plastique, m’en fous, mais paraît que ça pollue, et Maurice, et les Maldives, ils sont pas contents. En fait, y’a pas vraiment d’animaux sur cette île, pas de canaries, pas d’oiseaux, pas de papillons, même pas d’enfants. Paraît que dans le temps, jadis, l’île était plus enchantée. C’est mon pépé qui disait jadis, j’ai jamais compris pourquoi, mais j’aime bien le son, et pis, j’aimais bien mon pépé. Je l’oublierai jamais, mon pépé, et ses jadis, ses autrefois, ses dans le temps. C’est lui qui me racontait la géographie, il connaissait toutes les îles, même celle de la cité. Pour lui, c’est toujours pareil, l’île de la Guadeloupe, de la Martinique, de la Réunion, de Ré… Quand il y a des trésors, il y a forcément des pirates. 

Mais mon île, elle est mystérieuse, c’est pour ça que je l’aime. J’y vais dès que je peux. Je me faufile, j’échappe à leurs yeux. Je regarde la mer, elle est pas top la mer, elle bouge pas, rarement quand je suis là. Pas grave, ça m’empêche pas de penser, ou de méditer comme disent les moines. Paraît qu’on peut se téléporter n’importe où quand on entre en pleine conscience de ch’ais pas quoi. Mais moi, je m’en cogne des autres îles qui font les belles, Oléron, Noirmoutier. Mon île, personne me la piquera, parce que personne il sait où qu’elle est, pas de plan, pas de carte, tout est gravé dans ma tête. Ils auront beau essayer, avec leurs techniques de cajolerie, et toutes leurs machineries. 

Personne pourra me l’enlever, et certainement pas l’autre, même s’il est gentil, qu’il m’appelle Nolan et qu’il joue à être mon pote. Parce qu’au fond, je sais ce qu’il veut. Il veut chiper mon île. 

Et ça, jamais ! 

Oui, je l’ai calculé, le Dr Moreau. Qu’ils aillent au diable, lui et tous les autres cochons ! Qu’il aille au diable, c’est ce que disait mon pépé. Il y a que lui qui sait, pour mon île, tout’ façon, là où il est, il peut bien plus parler. Envolé, englouti comme l’Atlantide. Parfois je m’dis que c’est vraiment moche d’être seul à garder un secret.

Alors, avez-vous pu débusquer… toutes les îles évoquées ? Cherchez bien, et dites-moi combien vous en avez trouvé ! Et si vous avez aimé, abonnez-vous ici-bas !

Filed under: Zodiac Challenge

About the Author

Publié par

Toujours un carnet et un stylo à la main, un livre pas loin, j'ai bourlingué et travaillé à l'étranger pendant ces dix dernières années. Revenue pour une durée non définie dans ma belle région natale, je trouve enfin l'équilibre parfait dans mon travail pour me permettre de donner un virage sérieux (aouch) à ma passion : l'écriture ! Me voici donc à l'Esprit Livre School pour m'initier à l'art de la nouvelle, et sur ce blog, pour me frotter à vos critiques :) !

7 Comments

  1. Pingback: Rouge – Entre les lignes

  2. Pingback: Bombe à retardement | Entre les lignes

  3. Super le premier paragraphe qu’on pourrait même chanter, non? Avec les rimes qui se suivent par deux, tiens ce procédé porte un nom? Toujours est-il que ça rend le texte poétique ce qui va bien avec le thème des îles…

    Aimé par 1 personne

    • Ahah, merci Eve… Qui sait, je n’y avais pas pensé, même si sur ces « Zodiac », j’aime bien laisser couler une écriture rythmique, et pas trop carrée au niveau de la structure ! Je vais travailler sur ma prochaine comédie musicale ! Belle journée à toi !

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.