comment 0

Meurtrissures

La nuit vient de tomber, tu ne devrais pas tarder. Je connais ce regard, je vais encore y passer.

Je dois me taire, me laisser faire, même quand on me saute. Tu me tournes et me retournes à l’envi. Alors, je dis rien et je poireaute. Mes cris ne s’entendent pas, que l’on s’acharne sur moi, ou que l’on m’arrache à bout de bras. Et il faudrait que je me contienne !

Moi, j’ai toujours voulu rester vierge, je tiens à ma dignité, et ce jusqu’au jugement dernier. Mais il y a des choses que je ne contrôle pas. On me gratouille, on me chatouille, on me trifouille. Je hurle sous la douleur, sous tes traits appuyés qui me salissent, sous tes doigts qui me pervertissent.

Aïe, ouille !

Tu ne m’entends toujours pas ?

Et je dois accepter qu’on me parcoure. De bas en haut, de haut en bas, on me reluque, vas-y qu’on me tripote ! Je n’ai jamais voix au chapitre. Parfois j’ai droit à une note, je suis taxée de bonne, et même de mauvaise. Et moi, cloîtrée dans un foutu silence, je me plie à cette exigence qui bousille mon existence.

C’est que tu ne m’aimes que lorsque je suis pleine, remplie de tes obscénités. Tu désires tant laisser ta trace, m’imposer ta marque. Je ne t’ai rien demandé, moi !

Et tu t’acharnes, un air de satisfaction sur les lèvres, tu persistes, et ne m’accordes aucune trêve.

S’il te plaît, juste le temps d’une pub, donne-moi du répit, j’ai le corps qui saigne et le coeur qui subit.

Je prie toujours pour que tu connaisses l’ultime jouissance, celle qui tirera un trait sur ce passé. Que dieu m’en garde, tu ne te rassasies jamais, et tu m’engrosses de tes grossièretés. Pour rester au parfum, pour ton petit plaisir assassin.

Je peux lire ta fureur et sentir ta furie. Tu ne cesseras qu’une fois le devoir accompli.

Pour venir à bout de moi, maudite page blanche.

Tu souris, tu as fini ton numéro, tu as réussi, tu poses ton stylo. Mes meurtrissures, tu les appelles l’écriture.

Consigne 19 (déjà !) : où nous devons nous exercer à la nouvelle courte, pour garder le rythme et maintenir en haleine notre lecteur… Je me suis amusée à rajouter une contrainte en incorporant une flopée d’expressions autour de la PAGE, sauvez-vous les débusquer ?
Filed under: Nouvelles Esprit Livre

About the Author

Publié par

Toujours un carnet et un stylo à la main, un livre pas loin, j'ai bourlingué et travaillé à l'étranger pendant ces dix dernières années. Revenue pour une durée non définie dans ma belle région natale, je trouve enfin l'équilibre parfait dans mon travail pour me permettre de donner un virage sérieux (aouch) à ma passion : l'écriture ! Me voici donc à l'Esprit Livre School pour m'initier à l'art de la nouvelle, et sur ce blog, pour me frotter à vos critiques :) !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.