comment 1

Radicaux libres

Encore une de ces conneries d’idéologie à la con de carnivores en manque de protéines ! Frémissant de colère, il en oubliait de varier son lexique.

D’un clic rageur, il parcourait l’article tapageur. Une vision quasi insoutenable. La devanture d’un nouveau magasin de fruits et légumes avait subi les affres du mouvement des Viandards. Les carottes avaient été écrasées en purée informe, tout avait été piétiné, éventré, saccagé. On ne savait même plus d’où venaient les choux de Bruxelles. Une véritable boucherie. Pas sûr que cette analogie les amuse.

On était en août 2065. Les activistes frappaient de plus en plus fort, le climat de tension se transformait en véritable guerre de récession. Visiblement, leur groupuscule ridicule prenait de l’ampleur. On ne parlait que d’eux en ce moment ! Ces misérables bouffeurs de barback, ces donneurs de leçons, ces capteurs d’attention ! Il les avait en horreur, il les abhorrait, il les vomissait. Son vocabulaire abondait, il se sentait déjà mieux, il avait une idée

Il rappela Gauthier sur-le-champ, ils s’appelaient tous Gauthier là-bas, au département de la com’, c’était navrant.

-C’est une aubaine pour nous cette histoire !

-Dites pas ça à nos amis maraîchers, c’est beaucoup de blé en moins dans leurs caisses…

Il l’entendait presque se congratuler à travers le combiné. Décidément, ce Gauthier était vraiment le dernier des abrutis.

-On peut pas permettre à ce mouvement de semer de telles pensées carnassières !

-Ah ah, semer, c’est bien vu !

Il ne voulait même pas relever. Ses priorités se trouvaient ailleurs. L’heure était trop grave.

-Pour qu’on soit pérennes, faut qu’on contre-attaque ! Ils ont commencé avec leurs immondes vidéos de steak délicieusement grillé, à grands coups d’apéritif et d’éclats de rire ! Comme s’il fallait de la rosette pour faire la fête ! Faut que ça tweete, qu’on voie que ça, ce magasin transfiguré ! Ajoute des détails : de la tomate bousillée, des aromates broyées, faut montrer au monde entier, qui sont vraiment ces gens, ces OGM, ces Omnivores au Génome Modifié, ces agressifs surprotéinés ! Avec leur accoutrement ridicule, ils veulent nous faire la peau, en sapant le fruit de nos récoltes, ils savent même pas s’habiller et c’est eux qui veulent nous dicter ce qu’on fourre dans nos assiettes ! Gauthier !  Les gens se détournent de nos produits, ils deviennent délicats, ils gobent plus ce qu’on leur donne ni ce qu’on leur dit ! Ils veulent comprendre ce qu’ils ont sous la fourchette, ils veulent être acteurs de leur consommation !

Il s’étranglait presque à cette idée.

-On ne peut pas tolérer qu’ils réfléchissent ! Ils ne doivent pas imaginer qu’une alternative est possible avec des cochons en entrée, et des canards en laqué ! A bas les rillettes et les aiguillettes ! Faut leur rentrer dans leur cervelle de petit pois, qu’on a toujours mangé des légumes, que l’homme est végétarien depuis la nuit des temps, que même Mo-Cragnon se gavait de carottes et qu’on peut pas bousiller des millénaires de traditions et de culture !

-Bien trouvé… la culture, l’élevage et…

Gauthier lui courait sur le haricot avec ses réflexions de lèche-bottes. Le monde fonçait à sa perte, et lui applaudissait les trouvailles linguistiques qu’il proférait en plus, sans même réfléchir. Il le coupa net.

-Créons une émission de débat autour de cet acte sordide ! Faut que ça explose, que ça pète, comme une vache overméthanée!

Dans son agitation, il inventait des mots.

-Je veux des viandards sur tous les plateaux ! On prend les plus agressifs, ceux qui bouffent de la viande, et qui savent même pas pourquoi ! Je veux des gens creux qui croient en leur cause, et qui vont se ratatiner contre le premier alinéa de nos raisonnements bien poncés, bien pensés ! Je veux des T-shirts saugrenus avec des logos “le jambon, c’est bon” “l’aubergine is not ma copine” ! JE VEUX EN FAIRE DE LA PUREE DE CES ESPÈCES CARNÉES ! Est-ce que c’est clair ? Clair de terre ???

-Euh, oui, c’est clair de… terre. Gauthier n’était pas sûr de l’expression, mais il n’osait le remarquer.

– Les gens se méfient ! Ils s’interrogent sur nos légumes, ils trouvent qu’on les empeste trop de pesticides, qu’on les traite mal, qu’ils n’ont pas assez d’espace pour pousser en toute liberté ! Ils parlent d’élevage intensif, protestent contre les fermes aux mille salades ! Ils se rendent pas compte que c’est grâce à nous qu’ils bouffent à leur faim ! Ils craignent pour leur santé, on voit des enquêtes de pseudo-chercheurs mettant en garde contre les effets de la betterave sur les os ! Balivernes ! Les bébés se biberonnent au jus de betterave ! Mais les gens commencent à voir des vidéos sur Youtube, avec ces pimpins qui se réunissent, des faux rebelles déguisés en anonymes ! Tu parles de courage, se cacher derrière un masque, avec des événements racoleurs ! Et d’exploiter des enfants pour être sur des smartphones, ça les titille pas ? Pour ces rageux-là, protéger les pommes de terre, ça c’est une noble cause ! Mais si les gens réalisent qu’il y a peut-être une autre vie, on est finis : nos champs de riz, nos industries, les salsifis ! Faut les monter contre ces parias pleins de poux, ces hypocrites à sulfites, ces spécialistes de spécistes, ces morveux qui désirent couper le cordon de leurs darons en se pétant les dents sur une côtelette !

Il suait, il transpirait, il gouttait, il se gonflait de rouge et d’hystérie.

“Gauthier, mon chéri ? Tu t’es endormi ! On t’attend pour manger, le boulgour va être froid”.

Je me réveillai en sursaut, relevant la tête du clavier, le corps tremblant, ma copie trempée.

Sous mon bras engourdi, sur mon cahier à carreaux, s’étalait dans une écriture malhabile et maladroite, sous la date du 15 octobre 2018, le sujet de géo de M. Clément mon professeur. “Au regard des enjeux environnementaux et écologiques, manger de la viande sera-t-il toujours compatible avec la société de demain?”

Les violentes vidéos d’abattoirs de L214 continuaient à défiler, imperturbables, sur Youtube. J’avais encore tout à écrire.

 

Consigne 5 : la semaine des mots. Incorporer dans le texte, les dix mots de la semaine de la francophonie, et en créer une nouvelle ayant du sens.

Saurez-vous les dénicher ?

 

Filed under: Nouvelles Esprit Livre

About the Author

Publié par

Toujours un carnet et un stylo à la main, un livre pas loin, j'ai bourlingué et travaillé à l'étranger pendant ces dix dernières années. Revenue pour une durée non définie dans ma belle région natale, je trouve enfin l'équilibre parfait dans mon travail pour me permettre de donner un virage sérieux (aouch) à ma passion : l'écriture ! Me voici donc à l'Esprit Livre School pour m'initier à l'art de la nouvelle, et sur ce blog, pour me frotter à vos critiques :) !

1 Comment so far

  1. Pingback: Radicaux libres - Entre les lignes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.