Piège de collection

La foule des voisins, attroupée en bas de l’immeuble, le visage horrifié, assistait impuissante au bal des pompiers.

Le vieillard jubilait. Il ne lui en restait plus qu’un. Le clou du spectacle !

Sous ses épais sourcils, le visage ridé se déridait devant les planches cartonnées, soigneusement rangées par pays : sur sa collection européenne, les pièces doraient, les billets bronzaient, englués de colle. La Belgique s’impatientait, à l’endroit du billet de 100 francs, figurait un trou béant. La pièce manquante. Celle qu’il avait eu tant de mal à se procurer. Fallait croire que les Belges y tenaient, à leur ancienne monnaie.

Depuis son salon sans lumière, le vieux Joseph trépignait. L’oeil rivé sur l’entrée de l’immeuble, derrière ses lourds rideaux tirés, il épiait l’arrivée de la factrice. Il connaissait ses horaires et ses habitudes. Elle passait toujours vers ces eaux-là, après avoir bu un verre avec le Gaspard. Il savait pas ce que pouvaient bien se raconter ces deux-là. Il s’en souciait comme d’une guigne.

Il avait perdu l’envie et l’habitude de jacter, et son poste en haut de la tour de l’immeuble lui permettait d’être tenu à l’écart des voisins et des ragots, tout en scrutant les allées et venues de ce bas monde auquel il ne se frottait plus. Il avait bien assez de pensées pour s’occuper la journée sans s’encombrer de celle des autres. Et puis, il devait surveiller ses piécettes.

Il avait songé à les mettre dans une banque, mais il se méfiait farouchement de la probité des agents, dont les dents polies rayaient le parquet. Pas question de confier un seul de ses billets à ces détraqués du dollar en costard.

Il avait bien pensé au coffre-fort, mais avec ses pauvres os ! Et se le faire livrer pour attirer l’oeil des indiscrets et attiser les jalousies, trop peu pour lui ! Les temps étaient sombres, il ne faisait pas bon y voir traîner un faible vieillard avec un coffre fort.

Alors, il les avait enfouies, sans grande originalité, mais avec une certaine agilité, sous les lattes de son sommier, dormant d’un sommeil de plomb sur ce matelas d’argent.

Ce matin, éparpillées sur le sol, éclairées à la bougie, elles dansaient devant lui, les planches de sa collection, tout un pan de sa vie.

Le téléphone stoppa Joseph dans sa béate contemplation. Paniqué, il se jeta sur la panoplie européenne, l’écrasant de tout son poids, l’enserrant de ses bras raidis. Il ne bougeait plus, laissant sonner dans le vide, regardant le combiné avec effroi. Ca recommençait. Des jours que cet appareil entortillé s’entêtait à le torturer. Il savait qui se tenait à l’autre bout du fil.

La Voix. Désarticulée, murmurante, glaciale. Glaçante.

Toujours le même rituel.

Une respiration, lourde, appuyée, et ces cinq mots “cette collection n’est plus vôtre”.

Il souffla sur la bougie, plongeant dans l’obscurité la pièce. Cramponné à ses cartons, il attendait, le souffle entrecoupé, que l’écho des sonneries cesse. Il ne répondait plus. S’il fallait vivre dans la pénombre, il s’accommoderait, la lumière l’incommodait.

Le silence enveloppa de nouveau le salon. Fier de son stratagème, Joseph ricana. Il se mit à ramper, faisant craquer ses articulations jusqu’à la fenêtre. Toujours rien. La postière battait des records, plus d’une heure de retard à son chronomètre. Du jamais vu.

Et si…

Et si elle était mandatée par la Voix ? Après tout, elle avait vu passer beaucoup d’enveloppes à bulles, à pustules, minuscules. Elle devait reconnaître sous le toucher de ses doigts devenus habiles, aiguisés par le temps à soupeser des lettres, la forme ronde d’une couronne norvégienne, la finesse d’un billet portugais. A force de trinquer chez ce gredin de Gaspard, elle avait bu la coupe de la cupidité.

Tout s’éclairait. La Voix, la postière, Gaspard, le retard. Il les voyait les filous, attendant la dernière devise manquante, se frottant déjà les mains à l’idée de le dépouiller jusqu’à la moelle.

On frappait maintenant à la porte. Le vieux Joseph se crispa. Elle était fermée à double tour, mais la porte, aussi usée que lui, céderait bien sous les tambourinements, sous la masse imposante de la Voix.

Car il l’avait vu, le Gaspard, il avait une forte ossature, la taille forcie par l’alcool matinal. Il ne ferait pas le poids. Et alors, cette sorcière en bleu, cette kleptomane du dimanche rirait à gorge déployée, ramassant les billets, comme de la neige sur le Mont Royal.

Qui croirait aux sottises d’un vieillard comme lui ? Il avait docilement signé chaque bas de collection de son nom au stylo-plume. Quelle précaution ridicule devant ces deux crapules, il le réalisait maintenant.

On toquait de plus belle, chaque coup sur la porte tapant toujours plus sur les tympans de Joseph. Il ne respirait plus vraiment, tapi sous la fenêtre, les mains sur les oreilles. Cerné dans son propre salon, il n’avait aucune arme pour se défendre.

Et cette Voix, imperturbable. Il manquait d’air, la tête lui tournait. Soudain, l’illumination. Il s’étrangla de rire.

Tâtonnant jusqu’à sa chère collection, il ralluma la bougie, et, du bout de ses doigts remplis d’arthrose, la renversa sereinement sur le premier carton achevé qui avait fait sa fierté, celui de l’Espagne.

Gagné par le fou rire et par cette chaleur qui prenait possession de la pièce, il hurla à la porte et au téléphone, débranché depuis des mois :  “Vous n’aurez pas ma collection !”

La porte, si vieille fût-elle, n’avait pas cédé. Les pompiers étaient arrivés trop tard, les cartons avaient vite embrasé les tapis de fausse fourrure, fourrés au polyester.

Dans la foule, Jeanne, bouleversée, regardait les flammes qui ravageaient l’appartement de Joseph.

Sur la même tournée depuis des lustres, elle le connaissait bien, lui et sa collection, même si elle ne le croisait plus trop. Il ne recevait plus tellement de courrier, ni de visite.

Ce matin-là, elle avait gravi avec empressement les marches du vieil immeuble pour lui remettre en mains propres, la lettre qu’il attendait, celle qui contenait, le fameux billet de cent francs belge.

 

 

Consigne 9 : travailler sous la contrainte. Un meurtre, un crime, des mots forcés à coucher sur le papier. Une nouvelle aux allures sombres.

Et vous, prendriez-vous le même plaisir ?

 

Un commentaire sur « Piège de collection »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s